Région des Pays de la Loire
Folle journée en région

Lettre d'information de la commission "Culture, sport, vie associative, bénévolat et solidarités".

Emmanuel Ruben, nouveau directeur de la Maison Julien Gracq

Cliquez pour agrandirEmmanuel Ruben, nouveau directeur de la Maison Julien Gracq. © Renaud Monfourny

Emmanuel Ruben succède à Cathie Barreau à la direction de la Maison Julien Gracq à Saint-Florent-le-Vieil (49), soutenue par la Région des Pays de la Loire. Rencontre avec cet écrivain-dessinateur-voyageur, agrégé de géographie, passionné de l’œuvre de Julien Gracq, et amoureux des langues slaves et orientales.

Sa voix est douce et le débit posé. Emmanuel Ruben, 37 ans, est le nouveau directeur de la Maison Julien Gracq. Une nomination presqu’évidente tant les centres d’intérêt de ces hommes, tous deux écrivains et géographes, se rencontrent.
« Je suis passionné de l’œuvre de Julien Gracq depuis plusieurs années », confie Emmanuel Ruben. « J’ai découvert Les eaux étroites grâce à une tante libraire. Depuis, j’ai lu toute son œuvre. Et j’ai eu l’occasion d’entretenir une correspondance avec lui de 2001 à 2004 à l’époque où j’étais à Normale Sup. »
Né à Lyon, Emmanuel Ruben grandit à la campagne, et dès l’âge de 9 ans, commence à écrire bandes dessinées, romans policiers, nouvelles, poèmes et pièces de théâtre. Il publie son premier livre en 2010, Halte à Yalta. C’est à ce moment-là que professeur agrégé de géographie, formé à l’Ecole normale supérieure de Lyon, à l’Institut de géographie à la Sorbonne et aux Langues’O, qu'il abandonne sa carrière universitaire (en France et à l’étranger). Tout en continuant à enseigner dans le secondaire jusqu’en 2014, il consacre la majeure partie de son temps à la littérature. Très attiré par les pays de l’Est et la beauté des langues slaves dont le russe qu’il parle couramment, il vit tour à tour en Lettonie, Ukraine, Serbie… Depuis 2010, il a publié sept livres, dont le dernier Sous les serpents du ciel est sorti en août 2017.

« Une noble fonction »

Fin 2014, il est l’un des tout premiers résidents de la Maison Julien Gracq, soutenue par la Région des Pays de la Loire (aide au fonctionnement de 120 000 euros par an). « J’en garde des souvenirs de journées entières à travailler, de promenades le long de la Loire. C’est un lieu magnifique, un lieu d’inspiration. Cela m’a donné envie de m’installer en France, à la campagne. Et j’ai eu un vrai coup de cœur pour le village d’Ingrandes, à 9 km de Saint-Florent-le-Vieil ».
C’est là que l’écrivain-dessinateur-voyageur a posé sac à terre pour prendre la direction de la Maison Julien Gracq. « Une noble fonction », estime-t-il. « Après avoir bénéficié moi-même de bourses de résidence pendant trois ans, j’ai pensé qu’il était temps de rendre la monnaie et de contribuer moi-même à faire connaître la littérature et l’art contemporain. C’est la première mission de la maison Julien Gracq. »

Sur les traces de Cathie Barreau

Inaugurée en 2014, « c’est une structure très jeune, qui commence tout juste à être installée. L’idée n’est pas de tout révolutionner », assure le nouveau directeur. « Je souhaite poursuivre le travail entamé par Cathie Barreau autour des trois axes qu’elle avait fixés : Julien Gracq l’écrivain, le géographe et l’enseignant. Cathie Barreau avait une fibre créatrice très importante. Elle a lancé énormément de chantiers. C’est un combat de tous les jours de pouvoir les mener à bien et les approfondir. C’est très stimulant. Mais la question que l’on doit se poser c’est "Pour quel public ? ". C’est cette question qui va nous animer dans les trois principaux prochains chantiers que sont l’évolution des Rencontres Julien Gracq, l’aménagement des jardins et l’approfondissement de l’offre pédagogique que j’ai très à cœur. » Trois chantiers qui, espère-t-il, permettront d’élargir le rayon d’action de la maison et de toucher davantage le public local.

Ouverture au public

« Nous allons aménager et ouvrir l’accès des jardins », promet-il. « Les Rencontres Julien Gracq devront également être plus accessibles. Il est nécessaire d’élargir la focale de cette manifestation qui était centrée jusqu’à présent autour de l’œuvre de Julien Gracq. Nous avons créé un comité pour repenser ces rencontres avec des membres de la Région des Pays de la Loire, de la commune nouvelle de Mauges-sur-Loire et d’autres personnes d’autres horizons. Je pense néanmoins que cette manifestation doit continuer à tourner autour de la littérature et de la géographie. »
Pas de révolution donc, juste des évolutions dans le fonctionnement, devenues possibles grâce aux quatre employés que compte aujourd’hui la structure. Comme l’ouverture au public de la bibliothèque depuis le 1er octobre aux horaires d’ouverture de la maison. « C’est une des toutes premières choses que j’ai voulu modifier », glisse Emmanuel Ruben.
Autre nouveauté, il réside à un vol d’oiseau de la maison. « Ce qui est le meilleur moyen de toucher les habitants de la région. Jusqu’à présent, la Maison Julien Gracq était vécue  par certains habitants de la région comme une adresse culturelle difficile d’accès, à la programmation trop exigeante, même si ce n’était pas forcément le cas. C’est une image que je vais transformer. Ce n’est pas toujours su dans le monde culturel, mais la Maison Julien Gracq est une ruche qui offre plein de possibilités ! »

Pour en savoir plus : www.maisonjuliengracq.fr

 

 

libre expression

Pour en savoir plus sur le point de vue des groupes politiques du Conseil régional :

à votre écoute

infos pratiques

Folle journée en région

lettres d’information de la région des pays de la loire

Newsletter TRANSPORTS

TRANSPORT

Newsletter CULTURE

CULTURE

Newsletter ENTREPRISES

ENTREPRISES

Newsletter EMPLOI, APPRENTISSAGE ET FORMATION PROFESSIONNELLE

EMPLOI

Newsletter ÉDUCATION

EDUCATION

Newsletter MA RÉGION

S'abonner à la newsletter Pays de la Loire

Newsletter ENSEIGNEMENT SUPERIEUR et RECHERCHE

ENSEIGNEMENT

Newsletter INTERNATIONAL

INTERNATIONAL

Gardez le fil