Région des Pays de la Loire
Folle journée en région

Lettre d'information de la commission "Culture, sport, vie associative, bénévolat et solidarités".

Après un an d’existence, Oz consolide ses bases

Cliquez pour agrandirAprès un an d'existence, la coopérative compte à ce jour 52 entrepreneurs. © Oz

Oz, la première coopérative d’activité et d’emploi culturelle (CAE) en Pays de la Loire, vient de souffler sa première bougie. Cinquante-deux entrepreneurs ont déjà rejoint ses rangs. Bilan avec Clémence Ménard, la co-fondatrice, et le point de vue de François Lebot, un entrepreneur-salarié.

Ils sont biographe, DJ, scénographe, graphiste, illustrateur, ou encore modiste, designer… La plupart sont âgés d’une quarantaine d’années, avaient déjà une activité… Et expérimenté différents statuts sans y trouver leur compte. Ils sont à ce jour 52 à avoir rejoint Oz, la première coopérative d’activité et d’emploi culturelle, créée il y a un an en Pays de la Loire par Clémence Ménard et Marc Martinez.
L’ambition est d’aider ces professionnels des filières artistiques, culturelles et créatives à créer leur entreprise et à la pérenniser. Souvent isolés, démunis face à des formalités administratives parfois complexes, et des obligations comptables et commerciales très éloignées de leur activité, ces entrepreneurs cèdent parfois au découragement. Que leur offre une CAE ? « L’opportunité de rejoindre un collectif, un réseau, la possibilité de se libérer des tâches administratives, de participer au montage d’un projet de territoire, de gagner en sécurité avec un statut de salarié, d’intégrer des groupes de travail, de se former, de bénéficier d’un outil de gestion partagé, etc. », répond Clémence Ménard. Autrement dit des avantages nombreux et précieux.

Plan d’actions, stratégie, suivi…

Mais n’adhère pas à cette coopérative qui veut. Un premier rendez-vous « diagnostic » permet de valider l’entrée dans la coopérative. Le « postulant » signe ensuite un Contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape) pour six mois renouvelables, qui permet de tester l’activité. « La période d'incubation débute par 5,5 jours d'atelier collectif avec pour objectif de retravailler sur chaque projet (stratégie de positionnement, tarifs, marché, diversification...), explique Clémence Ménard. Un plan d’actions est défini avec des objectifs de développement. Puis des rendez-vous individuels de suivi permettent de faire le point sur les avancées du projet, et d’affiner la stratégie. Une fois que l’entrepreneur génère un chiffre d’affaires suffisant, il pourra alors signer un contrat lui conférant un nouveau statut, celui d’entrepreneur salarié. Il s’agit d’une forme de CDI appelé le Contrat d’entrepreneur salarié associé (CESA) - contrat propre aux CAE – duquel il tirera un salaire fixe calculé sur son chiffre d’affaires ». Au bout de trois ans, l’entrepreneur a l’obligation de s’associer, faute de quoi le contrat est rompu.
« Après un an d’existence, on constate que la durée moyenne de développement d’un projet est d’environ un an. Ce sont des activités qui mettent du temps à se développer. »

« On gagne en sécurité et stabilité »

François Lebot, designer de mobilier d’intérieur et d’extérieur à partir de chutes industrielles, a intégré la coopérative voilà six mois. « Mon activité se situe entre la création de pièces uniques et l’artisanat , explique-t-il. J’ai expérimenté plusieurs statuts et d’autres coopératives, mais sans grand succès. L’intérêt de Oz est qu’elle est spécialisée dans les filières créatives. Clémence et Marc ont une bonne connaissance des problématiques de ces filières. La pratique artistique n’est pas simple en France ».
Grâce au contrat de travail salarié, « on gagne en sécurité et stabilité. Et puis lorsque l’on est seul, gérer le commercial, le marketing, la gestion est souvent compliqué. Les autres coopérateurs peuvent apporter leurs compétences. C’est donc un soulagement pour moi d’avoir intégré la coopérative, confie François Lebot. D’autant que je partage les mêmes valeurs depuis longtemps. Oz est un vrai support pour développer son projet ».
Pour l’heure basée à Angers et à Saint-Nazaire, Oz, qui bénéficie du soutien de la Région des Pays de la Loire (51 000 €) assure des permanences à Nantes, et ambitionne de couvrir tout le territoire régional.

Pour en savoir plus :

 

 

libre expression

Pour en savoir plus sur le point de vue des groupes politiques du Conseil régional :

à votre écoute

infos pratiques

Folle journée en région

lettres d’information de la région des pays de la loire

Lettre d'information de la commission culture, sport, vie associative, bénévolat et solidarités

CULTURE

Lettre d'information de la commission Entreprise, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche

ENTREPRISES

Lettre d'information de la commission transports, mobilité, infrastructures

TRANSPORT

Lettre d'information de la commission emploi, apprentissage, formation professionnelle, insertion

EMPLOI

Enseignement supérieur et Recherche dans la Région des Pays de la Loire

Enseignement supérieur et Recherche dans la Région des Pays de la Loire

( région Lettre de la CP

La lettre de la commission permanente

Gardez le fil